Le colis – Anosh Irani

Le colis – Anosh Irani

Madhu est une hijra : née dans un corps d’homme, séparée de ses attributs sexuels masculins, elle est une sorte de troisième sexe, ni homme ni femme. Après des années de prostitution, la quarantaine passée, Madhu est devenue trop vieille, trop usée, et doit mendier pour vivre et rester auprès de sa gurumai, sa guide.
Par l’entremise de cette dernière, Madame Padma, tenancière redoutée, lui confie une mission qu’elle a déjà effectuée plusieurs fois par le passé et ne peut malheureusement pas refuser : s’occuper d’un colis. Les colis, ce sont ces fillettes, souvent venues de lointaines provinces, vendues par leurs familles pour devenir des esclaves sexuelles. Avec les années, rompue contre son gré à l’exercice, Madhu possède ses propres techniques pour préparer  » l’ouverture  » de ces colis – briser psychologiquement ces enfants, les rendre dociles, leur faire comprendre que leur sort est scellé, qu’elles ne pourront plus jamais s’échapper de Kamathipura, le quartier rouge de Bombay.
Renouer avec cette activité va faire remonter chez Madhu beaucoup de souvenirs : son enfance engoncée dans ce corps qui n’était pas le sien, sa rencontre avec celle qui deviendra sa guide et fera d’elle une hijra, le rejet de sa famille, ses années fastes, puis les regrets, la nostalgie, les remords aussi.
Malmenée par la vie, éminemment lucide, Madhu raconte le monde dans lequel elle vit : les hommes et les femmes qui l’entourent, leurs forces et leurs faiblesses, leurs compromissions, le pouvoir de l’argent, celui de la drogue. Pour autant, une petite lueur continue à lui dire qu’une rédemption est possible – si ce n’est pour elle, peut-être pour les autres.

Wouah!!! Que de bonnes pioches pour le moment! Encore un coup de coeur!
J’ai découvert ce livre au détour d’une librairie parisienne en janvier et me demande bien pourquoi j’ai tant tardé à le lire.
Ce livre est une perle! Madhu est né garçon mais s’est toujours senti fille / femme et n’a, dès lors, eu de cesse de se sentir en marge de la société, rejeté par ses amis d’écoles, par sa famille (enfin, surtout par son père), etc. Madhu devient alors une hijra en étant amputée de ses attributs sexuels masculins.
Ce livre alterne, d’une part, le récit de sa vie depuis son enfance et, d’autre part, la vie de Madhu à la quarantaine.
Après avoir situé son récit et expliqué le fonctionnement du quartier de rouge de Bombay (Kamathipura), l’auteur ajoute une donnée essentielle à la vie de Madhu; elle est chargée de s’occuper d’un colis – les colis étant ces fillettes venant de la campagne que leurs familles vendent comme esclaves sexuelles.
Le récit est vraiment prenant, le lecteur ne peut rester insensible face à tant de souffrances, tant celle de Madhu que celle du colis. Le tout est crédible et magnifiquement décrit alors que le sujet du livre est véritablement dramatique.
La psychologie des personnages est parfaitement dressée: alors qu’avant d’ouvrir ce livre, je ne connaissais que vaguement les eunuques (et un eunuque n’est pas un hijra), je ressors de ce livre bouleversée par la vie de ces hijras, la vie des prostituées de Kamathipura – et, encore plus, par celle « des colis ».
Si touchée par ce livre que, durant ma lecture, je n’ai pu m’empêcher de rechercher des informations sur ces hijras indiens (l’Inde étant l’un des premiers pays à reconnaître l’existence d’un troisième genre) et force est de constater que le livre reflète parfaitement la réalité de ce troisième sexe, ni homme ni femme.
L’autre part du récit est celle concernant les colis, ces enfants des campagnes ou du Népal vendues par leurs propres familles pour venir grossir les rangs de la prostitution. Cette partie du récit est horriblement abjecte… D’abord, comment imaginer vendre la virginité de sa fille à un bordel de Bombay (ou d’ailleurs car l’Inde n’a pas le monopole de la prostitution enfantine)? Ensuite, dans ce livre, Anosh Irani décrit le procédé mis en place par Madhu pour véritablement casser le colis psychologiquement et la rendre docile / lui faire oublier sa vie d’avant afin de la formater à la prostitution.
Un vrai grand et gros coup de coeur!

Cet article, publié dans Lecture, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s