Les guerres intérieures – Valérie Tong Cuong

Les guerres intérieures – Valérie Tong Cuong

Comédien de seconde zone, Pax Monnier a renoncé à ses rêves de gloire, quand son agent l’appelle : un grand réalisateur américain souhaite le rencontrer sans délai. Passé chez lui pour enfiler une veste, des bruits de lutte venus de l’étage supérieur attirent son attention – mais il se persuade que ce n’est rien d’important. À son retour, il apprend qu’un étudiant, Alexis Winckler, a été sauvagement agressé.
Un an plus tard, le comédien fait la connaissance de l’énigmatique Emi Shimizu, et en tombe aussitôt amoureux – ignorant qu’elle est la mère d’Alexis. Bientôt le piège se referme sur Pax, pris dans les tourments de sa culpabilité.

#RL7
Ayant assisté à une table ronde passionnante, à Nancy, réunissant Sorj Chalandon, Valentine Goby et Valérie Tong Cuong dont le sujet était la résilience – et dont je n’avais lu « que » les nouveautés littéraires des deux premiers auteurs -, je suis sortie de là en me promettant de me procurer « Les guerres intérieures » dans les meilleurs délais.
Le chapiteau de Le Livre sur la Place étant à proximité, j’ai même eu la chance de rencontrer cette charmante auteur.
« Les guerres intérieures » est fascinant. Pax Monnier, acteur sur le déclin, se voit proposer l’occasion de sa vie, le (petit) rôle qui pourrait changer le cours de sa carrière. De passage chez lui afin de se changer pour l’audition en question, il entend des bruits de lutte dans l’appartement au-dessus du sien mais, pris par le temps, se persuade que ce n’est rien de grave, minimise pertinemment les faits et se hâte de quitter les lieux, entrevoyant, de dos, un homme qui prend la fuite dans les escaliers.
Malheureusement, l’agression (gratuite) a été violente, l’intervention de Pax aurait, sans doute, permis de prodiguer des soins plus rapides et, alors, d’éviter certaines complications aux conséquences dramatiques.
Par un concours de circonstances, Pax va être amené à croiser le destin de la mère d’Alexis, le drame devenant alors omniprésent, un vrai cas de conscience. L’homme doit non seulement vivre avec sa conscience mais, en plus, il est taraudé par la question de se taire ou de révéler les faits.
Valérie Tong Cuong dresse ici un magnifique récit psychologique. Le style est fluide, très réaliste et le lecteur se sent véritablement pris aux tripes par les événements, ainsi que par les questionnements et errements des personnages.

Publicités
Cet article, publié dans Lecture, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Les guerres intérieures – Valérie Tong Cuong

  1. ceciloule dit :

    Je n’ai jamais lu cette auteure mais j’avais envie de tenter celui ci, et ton avis me conforte dans cette idée 😉

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s