Le ravissement des innocents – Taiye Selasi

Le ravissement des innocents – Taiye Selasi

livre_ouvert à 20livre_ouvert à 20livre_ouvert à 20

Le ravissement des innocents

C’est l’histoire d’une famille, des ruptures et déchirements qui se produisent en son sein, et des efforts déployés par chacun pour oeuvrer à la réconciliation. En l’espace d’une soirée, la vie sereine de la famille Sai s’écroule : Kwaku, le père, un chirurgien ghanéen extrêmement respecté aux Etats-Unis, perd toutes ses illusions en raison d’une injustice professionnelle criante. Ne pouvant assumer cette humiliation, il abandonne Fola, sa ravissante épouse nigériane, et l’âme du foyer. Dorénavant, Olu, leur fils aîné, n’aura d’autre but que de vivre la vie que son père aurait dû avoir. Les jumeaux, la belle Taiwo et son frère Kehinde, traverseront une tragédie qui les hantera longtemps après les faits. Sadie, la petite dernière, amoureuse de sa meilleure amie, jalouse l’ensemble de sa fratrie. Mais un nouveau drame se produit et les oblige tous à se remettre en question. Les expériences et souvenirs de chaque personnage s’entremêlent dans ce roman passionnant et bouleversant, couvrant plusieurs générations et cultures, en un aller-retour entre l’Afrique de l’Ouest et la Nouvelle Angleterre, Londres et New York.

C’est un livre en contraste. L’écriture est belle et envoûtante. L’histoire de cette famille est intéressante de par les éléments qui la composent : jalousie, trahison, rancune, douleurs, bonheurs, réconciliation, pardon, etc. Néanmoins, ce livre m’a paru long, très (trop ?) long. La narration y est pour beaucoup : la chronologie de l’histoire n’est pas respectée – l’auteur passant de l’un à l’autre des membres de la famille parfois au moment de leur enfance, tantôt lors de leur vie d’adulte, tantôt au moment du décès du patriarche – ce qui embrouille fortement le récit. D’autre part, les personnages sont nombreux et ces changements temporels incessants n’aident pas à resituer directement le personnage dont il est question. Je ne regrette pas de l’avoir lu tant la plume est belle mais, malheureusement, le récit manque, à mes yeux, de cohésion.

Cet article, publié dans Lecture, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s